Texte intégral épisode 1 Torchwood - Tout Change

Tout est sous contrôle.
Les techniciens sont sur place, à vous.

- T'es un chou.
- C'est à moi. Fallait commander.

Je viens d'arriver.
Dommage pour toi.

Je fais quoi, maintenant ?


- Qui c'est ?
- Je sais pas. Un gars.


- Tu viens au Slimbo, vendredi ?
- C'est quoi, un pot ?

Soirée pizz', je crois.

J'irai peut-être.

Va falloir remballer, les gars.

Qu'est-ce qui se passe ?

Me demandez pas.
Il faut évacuer.

Ici SOCO, on se retire.
À vous.

On y va !

Tout le monde recule, merci.

Qu'est-ce qu'il y a ?

Excusez-moi.
Que se passe-t-il ?

J'en sais fichtre rien.
Ordre d'en haut.

Mais le corps est toujours là, non ?

- On peut pas l'y laisser.
- Ils veulent avoir le champ libre.

Autorisation spéciale.

Pour qui ?

Torchwood.

- C'est quoi, Torchwood ?
- Section spéciale, je pense.

- Il est chaud ?
- Oui, prenez-le.

C'est pas la procédure.
Ils vont contaminer toute la scène.

- Et on les laisse...
- Entre nous...

Il n'y a plus de procédure.
Ça devient n'importe quoi.

C'est bien ça.
Je peux le goûter.

Œstrogène.

Reconnaissable entre mille.

Prenez la pillule.
Tirez la chasse.

Il entre dans le système aqueux,
féminise le poisson.

Il fait son chemin jusqu'au ciel,
puis retombe sur terre.

Une pluie contraceptive.

J'adore cette planète.

Au moins, ça m'évitera d'être enceint.

Plus jamais ça.

Comment ça se passe ?

Rien, pour l'instant.

Je dois le sentir, pour l'activer.

Dépêche-toi de sentir.
Je me caille ici.

Il n'y a pas d'interrupteur.
C'est une question d'accès.

Il doit me l'accorder.

Si tu le dis.

C'est comme...

En place !

Je le latte s'il me colle un pain.

Concentre-toi, tu veux ?

Susie.

Il y a un...

Qu'est-ce que...?

Bon Dieu, qu'est-ce qu'il se passe ?

Écoutez-moi. Nous n'avons que 2 min.
alors écoutez-moi bien, d'accord ?

- Qui êtes-vous ?
- Faites-moi confiance.

Vous êtes décédé.

- Comment ça, décédé ?
- Poignardé.

Je suis pas mort,
puisque je vous vois.

On vous a ramené, mais ce sera bref.
C'est pourquoi il faut vous concentrer.

- Qui vous a fait ça ? Qu'avez-vous vu ?
- Pourquoi je suis mort ?

- Qui vous a attaqué ?
- Je veux pas être mort !

60 secondes.

Réfléchissez. Regardez-moi.
Qu'avez-vous vu en dernier ?

J'ai rien vu du tout...
Je sais plus.

Qui vous a tué ?
Les avez-vous vus ?

J'en sais rien !
On m'a attaqué par derrière.

Plaie dorsale, arme blanche,
d'après la police.

Vous ne pouviez rien voir.

Que va-t-il m'arriver ?

- 30 secondes.
- Mais il n'a rien vu !

- Ne les gaspille pas !
- Qu'est-ce que je peux ajouter ?

Comment vous appelez-vous ?

- John. John Tucker.
- Bien, John.

- Ce ne sera plus long.
- Qui êtes vous ?

Capitaine Jack Harkness.

Décrivez-moi l'expérience de la mort.

Qu'avez-vous vu ?

Racontez-moi
ce que vous avez vu.

10 secondes.

Le néant.

Rien que le néant.

Oh, mon Dieu !
Il n'y a donc rien !

Merde !

Je l'avais dit. C'est idiot
de lui dire qu'il était mort.

- Fais-le, toi !
- Trop tard, il est pour les asticots.

On a dit au précédent
qu'il était blessé.

Il a passé ses 2 minutes
à réclamer une ambulance.

Peut-être n'y a-t-il pas
de manière idéale.

Qu'en pensez-vous ?

Encore debout ?

Je suis là.

Ils ont parlé aux infos
d'un meurtre dans le centre.

Tu étais là-bas ?

Ah non. Je savais pas.
J'étais sur autre chose.

Pourquoi tu n'es pas couché ?

Bernard Abbot est passé.

Il m'a parlé de ses plans.

Il se tire encore cet été.

Et ça t'a pas énervé ?

J'ai bu un thé.

Il a lu ce truc sur le diabète.

Lui et moi, prenant le thé.

Je me fais vieux.

Il y a du chinois dans le frigo.

J'ai pas faim.

- Tu viens te coucher ?
- Bientôt. Je finis ça.

Ce type s'est découvert une sœur.

À tout de suite.

Yvonne, je peux te demander
un service ? Une recherche.

Fais la queue.

Un Capt. Jack Harkness.
Tu me fais ça ?

Je suis occupée. Gros dossiers.
Il est dans dans quelle arme ?

Je sais seulement
qu'il est capitaine.

- Si j'ai le temps.
- Merci !

Sarah Pallister, 72 ans.
Tuée dans son living.

Rani Ghosh, 45 ans.
Tuée sur Robin Tree Alley.

Et maintenant, John Tucker, 19 ans.

Tué sur Shankvela Lane.

Pour l'instant, rien ne relie
ces 3 meurtres.

Si ce n'est la cause de la mort.

Infligée, pour ce que l'on sait,
avec la même arme.

Une lame de 20 cm de long,
8 de large.
1
Les 2 femmes ont été
poignardées de face.

Mais Tucker a été attaqué dans le dos.

Ça nous apprend quoi,
sur le meurtrier ?

Que c'est un lâche.

Ces gens, hier soir.
Dans la voiture.

Qui sont-ils ?
Qu'est-ce que Torchwood ?

Je sais pas.
Unité spéciale ?

Oui, mais pourquoi ?

Je te parie 10 billets que
c'est des experts en ADN.

Ils ne jurent plus que par ça.
Comme à la télé. Belles conneries.

"Les Experts : Cardiff".
J'aimerais voir ça.
8
Ou comment mesurer
la vitesse d'un kebab.

Merci de nous convier à ce bordel.

Maintenant ça suffit !

Pardon.

Excusez-moi.
Qui a isolé le corridor, là-haut ?

- Je croyais que c'était vous.
- Pourquoi ? Que s'est-il passé ?

Je l'ignore. À 9h, c'était là.
Pas d'explication. Produits chimiques ?

Il y a quelqu'un ?

Pardon, mais je cherche quelqu'un.

C'est pas malin,
ma vieille.

Vous n'auriez pas vu
un homme entrer ici ?

Grand. Dans une de ces longues
gabardines de l'armée.

D'accord. J'aimerais une réponse.
Ceci est une enquête de police.

Tout va bien ?

C'est assez réussi...
comme masque.

Pardon si je vous ai dérangé, mais...

Je crois qu'on peut arrêter ça.

C'est drôle un moment, ces sottises,
mais j'ai du travail.

Je cherche un homme
dans un grand manteau gris.

On peut arrêter ces sottises, j'ai dit.

Vous êtes là.

J'ai demandé au médecin-chef.
Il n'est au courant ni de la police

ni d'éventuels produits chimiques.
Ça peut être n'importe quoi.

Qui est là avec vous ?
Pas très efficace, leur isolation.

Dis-donc. Une sacrée trogne.
Vous savez, l'ami,

il y a la chirurgie esthétique.
Mais pas en CHU.

Ça va ?

Oui.

La vache, c'est bien foutu.

Comme dans... Hellraiser.

Un vrai boulot de pro.
Regardez-moi ça.

Les crocs, ils ont l'air vrai.

Courez ! Courez !

Plaquez-le au sol !

Au sol !

Immatriculation : Charlie Fox Trot
0-6 Fox Trot Delta Uniform.

CFT 06 FTDU. Reçu.
Tu as Yvonne en ligne.

Rien sur ton Capt. Jack Harkness.

Tu as regardé en dehors de Cardiff ?

Non... j'y aurais jamais pensé...

J'ai cherché au plan national.
Une quinzaine de John ou Jack Harkness.

Aucun n'est capitaine.

C'est peut-être un pseudo.

Le seul Capt. Harkness
dans les archives est américain.

C'est ça ! Il est américain.

Ce que tu as oublié de me dire.

- Qui est-ce ?
- Volontaire américain

au sein de l'Escadron 3 de Swansea.

Sauf qu'il a disparu.

- Aucune trace. Présumé mort.
- C'était quand ?

1941, au plus fort du Blitz.

Le matin du 21 Janvier 1941, le Capt.
Jack Harkness ne s'est pas présenté.

Personne ne l'a plus revu.

Qu'y a-t-il, Gwen ?
Tu as vu un fantôme ?

Hé ! Vous, là-bas !

Torchwood !

- Vous ne devez pas rester là.
- Police.

Je vois ça, n'empêche,
faut pas la laisser là.

Hé, je vous parle.

Excusez-moi.
Déplacez votre fichue bagnole !

Que donne l'immatriculation ?

Inexistante.

Comment ça ?

Elle existe pas. Vérifié avec Swansea,
et re-vérifié. Rien du tout.

Aucun véhicule avec cette plaque.
Mais Temple a demandé après toi.

Tu es dans le pétrin ?

J'ai dû marcher.

J'ai dû marcher, bordel.

Ils étaient là, puis envolés
l'instant d'après. Regarde !

Il n'y a pas de cachette.
Ils ont disparu d'un coup.

Temple ne te lâchera plus.
Il va disjoncter.

Il y avait un gars.
Je t'assure.

Un gardien, habillé en gardien,
et il s'est fait tuer.

Ou blesser. Certainement blessé.
Ça s'est passé devant moi.

Ce type masqué
l'a sauvagement agressé...

Je te le répète.
Tout le staff de l'hosto est au complet.

- Je l'ai vu.
- Allez, on arrête. Réfléchis.

Ça n'a ni queue, ni tête.

Tu es fatiguée.
Je te ramène.

- Ils étaient là.
- Laisse tomber.

T'as vu ça ?

Pot au feu.
Avec l'accent français.

J'aurais dû t'appeler.
Un travail à faire.

- Tu devrais être en arrêt-maladie.
- Je sais.

Il manque du monde ce soir,
et il y a match. Alors j'ai accepté.

M'en veux pas.

Tu me pardonnes ?

Allez. Dis que tu me pardonnes.

- Tu veux bien ?
- Ouais.

Faut que je file.

Excusez-moi.
Gwen Cooper, PJ.

Je mène une enquête ici,
dans la baie.

J'aimerais contrôler certains
de vos clients, si vous voulez bien.

Vous avez n'avez jamais livré
chez un Capt. Jack Harkness ?

- Je peux pas vous dire.
- Vous pourriez vérifier ?

C'est pas un de nos habitués.

J. Harkness, ou Harkness tout court ?

Ça ne fait rien.
Merci quand même.

Et Torchwood, ça ne vous dit rien ?

Si. Ils commandent souvent.

De bons clients.

Bonsoir. Désolé pour le retard.
Vous avez commandé des pizzas ?

- C'est à quel nom ?
- Je crois que c'est un M. Harkness.

Ne le faites pas attendre.

Je tiens plus. Désolé.

Je vaux rien.
Je laisse tomber.

- Il m'a fait rire.
- Vous avez tenu 2/10 de seconde.

Ce sont de vraies pizzas, en plus.

J'attendais qu'elle dise:
"Voici vos pizzas",

Je lui demande : "Combien ?"

Elle me répond : "20 livres".
Je lui dis que je suis à sec.

Je planchais sur le final.
Si on était allé jusque là.

Mais il aurait été fendant.

Voilà vos pizzas.
Je ferais mieux de m'en aller.

- Nous n'en sommes plus là.
- Vous deviez geler sur place, là-haut.

Combien d'heures
à tourner en rond ? Trois ?

Vous m'observiez ?

Et avant de poursuivre, qui passe
commande sous le nom de Torchwood ?

Ça doit être moi.

Désolé. J'suis grave.

Cet homme, à l'hôpital.

Le gardien. Comment est-il ?

C'était réel, n'est-ce pas ?
Il a bien été attaqué.

Il n'a pas survécu.

Mais on n'a rapporté
aucune disparition.

Nous avons emmené le corps, modifié
après coup son emploi du temps,

fabriqué un faux-témoin
l'ayant vu quitter l'hôpital,

ce qui lui procure un alibi
pour les prochaines 48 h,

de sorte que lorque son corps
sera repêché mardi soir,

sa disparition n'aura duré que 3 jours.

- C'était un meurtre.
- En effet.

- Et vous l'avez maquillé.
- C'est mon boulot.

Et l'autre homme ? John Tucker ?

Je vous ai vus, l'autre soir,
dans l'allée.

- Et qu'avez-vous vu ?
- Vous l'avez ranimé.

Qu'avez-vous vu ?

Vous l'avez ressuscité.

Qu'avez-vous vu ?

Vous l'avez ramené à la vie.

Qui êtes-vous ?

Torchwood.

Qu'est-ce que Torchwood ?

Torchwood, c'est ça.
Tout ce qui vous entoure.

Que va-t-il m'arriver ?

Je suis policier.

Agent de police Gwen Cooper.
Vous ne pouvez rien me faire.

Très bien, agent de police Cooper.

Aimeriez-vous venir voir ?

Qu'y a-t-il à voir ?

Vous avez assisté au meurtre.

Venez voir le meurtrier.

Suivez-le.

Torchwood, vous, cet endroit.
Qu'est-ce que tout cela ?

- Qu'est-ce que c'était ?
- Ptérodactyle.

Alors, vous venez ?

N'ayez pas peur.

Vous ne risquez rien.

Il est sous tranquilisants.

On appelle ça un Wevil.
Nous les avons baptisés ainsi.

On ne connaît pas leur vrai nom.
La communication n'étant pas leur fort.

Il y en a quelques centaines,
qui vivent dans les égouts,

à se nourrir de...

Ce sont des égouts.
Pas besoin de dessin.

Mais il arrive qu'un individu
se détache, monte à la surface,

et attaque. Les incidents deviennent
de plus en plus fréquents,

et on en ignore la raison.

Mais leur origine est extra-terrestre.

Regardez-le au fond des yeux.

Asseyez-vous.

Prenez votre temps.

Il vient d'un autre monde.

Et ce n'est pas une illusion.

Owen Harper.
Gwen Cooper.

Dr. Owen Harper, je vous prie.

Toshiko Sato, génie de l'informatique,
Susie Costello, mon second.

Et enfin Ianto Jones.
Il nettoie derrière nous,

et s'assure
que nous arrivions à l'heure.

Je fais de mon mieux.

Et il porte bien le costume.

Prenez garde, Monsieur.
C'est du harcèlement.

Pourquoi me révéler leurs identités ?

Je ne suis pas censée les connaître.
Tout ça est top secret, non ?

Plus que top secret.

Alors, il ne fallait pas m'en parler.

Qu'allez-vous faire de moi ?

À votre avis ?

J'en sais beaucoup trop.
Vos noms, le Wevil, et le reste...

Vous avez jeté un corps à l'eau,
et fabriqué une histoire sur sa mort.

Tosh, tu finiras
cette calibration demain.

Owen, occupe-toi de retrouver Chandler
et Bell. Ils nous mènent en bateau.

Ianto, tu as intérêt d'être là
s'il a besoin de renfort.

Susie !

Je sais que c'est rasoir, mais fais-moi
l'étude de coût pour le gant.
0
Quant à vous,
vous allez m'accompagner.

Je suis fatiguée de vous suivre.

Mais non.
Vous ne vous en lasserez jamais.

Montez là-dessus. Allons.

- À côté de moi.
- Bonne soirée !

Salut, tout le monde !

Vous êtes entrée
par la porte de devant.

Prenons un chemin plus pittoresque.

Ils doivent bien voir l'ascenseur.

Pourquoi ils ne...?

Nous sommes bien visibles.
Ils ne peuvent pas nous rater.

Donnent-ils l'impression
de nous voir ?

Non, mais regardez-nous !

Nous ne pourrions être plus exposés.

Bonsoir !
Hé, vous, là-bas !

Bonsoir !

Cela s'appelle
un filtre de perception.

Il peut nous voir,
mais nous ne cadrons pas.

Comme un objet dans le coin de l'œil.

Ça ne marche qu'à cet endroit précis.

Une fois en dehors...

Salut !

C'est une belle soirée.

Voilà, nous sommes perçus.

Quel est son principe ?

Aucune idée.
On sait s'en servir, pas l'expliquer.

Mon hypothèse est qu'il existait
un circuit caméléon transcendental

à cet endroit-même, et qui a greffé
ses propriétés perceptives

sur une faille spatio-temporelle.

Je sais, ça a l'air ridicule.

Va pour ascenseur invisible.
Plus évocateur, non ?

Et le trou ? Si personne ne le voit
lorsque l'ascenseur remonte,

il est béant,
les gens ne tombent pas dedans ?

- C'est tellement gallois.
- Quoi ?

Je vous montre un truc fabuleux,
et vous cherchez la petite bête.

- Je n'arrive pas à comprendre...
- Moi, ce que je ne comprends pas,

c'est que vous persistiez
dans cette attitude de rejet.

Que vous faut-il comme preuves
de l'existence des aliens ?

Et cet énorme vaisseau apparu dans
le ciel de Londres le jour de Noël ?

Et la bataille rangée sur Canary Wharf ?
L'invasion des Cybermen ?

Mon ami considère
que c'est un genre de terrorisme.

Ils auraient mis quelque chose
dans l'eau potable.

Un puissant psychotrope qui aurait
déclenché des hallucinations de masse.

Votre ami est un crétin.

Vous le connaissez ?

Ainsi donc...
vous chassez les aliens.

- C'est votre métier.
- C'est exact.

- Vous êtes chasseur d'aliens.
- En effet.

- De beaux spécimens ?
- Une floppée.

- Un sacré boulot.
- Je confirme.

C'est carrément space.

Qui êtes-vous, au juste ?

Capt. Jack Harkness.

J'ai fait quelques recherches.

Il n'y a qu'un Capt. Jack Harkness
dans les registres.

- Porté disparu en 1941.
- Eh bien...

Impossible que ce soit moi.

N'est-ce pas ?

Nous ne nous bornons pas
à attraper les aliens.

Nous récupérons le matériel
qu'ils laissent derrière eux,

et tentons de l'exploiter afin de mieux
armer la race humaine pour le futur.

Le 21e siècle est une époque charnière.

- Il faudra être prêt.
- Qui vous supervise ? Le gouvernement ?

Nous sommes indépendants
du gouvernement, extérieurs à la police,

et au-delà des Nations-Unis.

Car si une puissance s'emparait
de ces technologies,

elle pourrait en user
pour servir ses propres fins.

Ça vaut aussi pour vous.

Aucun objet extra-terrestre
ne sort de la base.

Interdiction d'en emporter un
hors de l'enceinte.

Continuez. Comment avez-vous fait
pour atterrir à Cardiff ?

Nous sommes Torchwood 3.

Torchwood 1, c'était Londres.
Détruit dans la bataille.

Torchwood 2, un bureau à Glasgow.
Des hommes très étranges.

Torchwood 3, Cardiff.

On a égaré Torchwood 4,
mais on le retrouvera bien un jour.

Alors Cardiff,
c'est un coup de cœur ?

La ville est traversée
par une faille spatio-temporelle.

Les Wevils ne débarquent pas
d'un vaisseau.

Ils sont passés à travers la faille.

Toutes sortes de choses aboutissent ici.

Créatures, glissements temporels,
déchets spatiaux en tous genres...

- Épaves flottantes.
- Oui, c'est bien Cardiff.

N'en dites pas du mal.
J'y habite.

D'où êtes-vous, en réalité ?

De toutes sortes d'endroit.

Nous pourrions travailler en liaison.

Le tueur en série. Je peux être
votre trait d'union avec la police.

Je vois là où il y a confusion.
Notre intervention sur la scène du crime

vous a fait croire
que nous pourchassions le tueur.

Je regrette,
mais nous n'y sommes en rien mêlés.

- Alors, qu'y faisiez-vous ?
- Un test sur le gant.

Ça nécessite d'avoir une victime
de meurtre. Le gant n'opère que sur

des cadavres récents.
Plus la mort est violente,

plus aisé ce sera de le ramener.
C'était de la chair fraîche.

Vous avez interrogé ce John Tucker.
Je vous ai vu.

Lui demander de décrire le meurtrier.

Il venait de se faire tuer.
Que lui demander d'autre ?

L'identité du tueur. Ce serait utile.

- Nous sommes débordés.
- Et votre travail est plus important.

Vous avez enfin compris.

Dommage pour vous.
Car si vous me laissez partir,

mon devoir est de les avertir.
Ce gant peut être d'un grand service.

À condition de s'en rappeler.

Que voulez-vous dire ?

La bière est bonne ?

Vous m'avez empoisonnée ?

N'en faites pas un drame.
Une simple pillule de l'oubli.

Un recette à moi. Une pointe
de rejet, et un doigt de groseille.

Demain matin, vous n'aurez plus
aucun souvenir de Torchwood.

Et pire encore,
vous m'aurez oublié.

C'est assez tragique.

Inutile de lutter pour rester éveillée.

J'y ai ajouté un sédatif.

Je vais le raconter à quelqu'un.

Vraiment ? Voulez-vous
que l'on s'occupe d'eux aussi ?

- Espèce d'enfoiré !
- Châtiez votre langage.

Ravi de vous avoir connu,
Gwen Cooper.

...aux commandes de Torchwood 3.
Un autre homme...

...du nom de Owen Harper,
docteur en sciences.

- Bonsoir.
- 'soir.

- Vous passez un bon moment ?
- Jusque là.

- Je vous offre un verre ?
- Non, merci. J'ai le mien.

Est-ce que je perds mon temps ?

Je sais pas. Vous croyez ?

Bon. Je dois me lever tôt.
Grosse journée demain.

Alors je vais me dispenser
de bavardage.

Alors...
Vous le voulez, ce verre ?

Je me sens en feu.
Tu viens avec moi. Tout de suite !

...26, 27 ans, et une Japonaise
qui s'appelle Toshiko (nom de famille ?)

Un Conte de Deux Villes
Ch. Dickens

Une certaine Susie, responsable...

...du gant (second du Capt.)

Torchwood
A LIREE !!!

Viens ici, connard !

Linda ! Que fais-tu avec lui ?
T'es malade ?

Je l'emmène chez moi, et je me le fais.
Fiche le camp !

Que fais-tu avec ma copine, p'tit con ?

Je savais pas. Elle était seule.
Elle a rien dit.

- P'tit branleur, va !
- Ferme-la, Conley ! Il est à moi !

- Tu veux qu'on s'explique, hein ?
- On va pas se compliquer.

Tu vas y avoir droit.

Attends ton tour.

Taxi !

Ils mon r endu amnésqe

SOUVIENS-TOI
TORCHWOOD

CAPT JACK

GWEN COOPER:
INTERCEPTION-DOMICILE

EFFACER

T'es rentrée bourrée ?

- Quelle heure il est ?
- 7h30.

Tu ne travaillais pas, hier soir ?

- Si.
- Pourquoi tu pionçais ici, alors ?

Je dormais pas,
je tapais un truc.

- C'est du boulot.
- Je te faisais pas de reproche.

Mais c'est pas malin de faire la fête
après avoir pris un coup sur la tête.

J'espère que t'as pas pris le volant.

T'étais avec qui ? Diane ?

Sûrement.

- Alors, ça avance ?
- Quoi donc ?

Capt. Jack Harkness.

Qui ça ? De qui tu parles ?

Vas-y, t'occupe pas de moi.
Continue de me faire perdre mon temps.

Bonjour !
On vient au cœur de l'action ?

Oui, Monsieur.
Tout à fait.

- Comment se passe l'enquête ?
- Ça piétine.

C'est l'arme du crime ?

Ils sont pas manchots, au labo.
Générée par ordinateur.

Ils ont mesuré le contour des plaies.

Et en ont déduit la forme
de la lame, et le reste.

Même les deux latérales.

Me demandez pas comment ils font.

Une arme effrayante, en tout cas.

Vous l'avez déjà vue ?

On cherche sa provenance.
Il ne doit pas en exister beaucoup.

Décoratif, il me semble.
On vérifie les registres des douanes

au cas où elle aurait été importée.

Le couteau peut nous mener au meurtrier.

Si vous avez quelque chose,
n'hésitez pas à passer.

D'accord. Merci.

...il arrête pas de râler. Qui loue
le terrain, paie les remplaçants...

...l'éviter. Je vais pas sauter dans
un camion juste pour aller la voir...

Centre Gallois du Millénaire
"Souviens toi"

"Souviens toi"

On se retrouve.

Vous aviez raison. Vous avez suggéré
à Jack de travailler en liaison

avec la police.
Je fus la seule à m'y intéresser.

Et par conséquent,
la seule à avoir lu le rapport.

Ils l'ont bien décrit.

Je vous arrête pour...
Où vous-ai je rencontrée ?

J'ai pensé
que vous aviez pu le voir.

Une certaine image peut lever l'amnésie,
pour quelqu'un de futé.

Il disait que vous étiez douée.

Bref, au point où j'en suis,
je ne peux vous...

Vous allez résister.
J'ai donc ceci...

Une seconde. Pardon.

Voilà, c'est mieux.

- Posez ça.
- Pourquoi être revenue ?

- Posez cette arme.
- Vous seule pouvez établir le lien.

Du moins...
La seule à l'extérieur.

Torchwood le saura, au matin.
Mais je serai partie.

J'ignore où.
Mais très loin.

Qu'est-ce que je vais devenir ?

J'aimais mon travail.
Passionnément.

Me voilà contrainte de fuir.

Oh, Seigneur.

Comment retravailler, après ça ?

Je vous en prie,
posez cette arme.

On en est imprégné.
Après un certain temps,

on finit par se dire...

Pourquoi ça tombe sur nous,
les Wevils et monstres de tout poil.

C'est ça, les formes de vie
extra-terrestre ? Des horreurs ?

Peut-être en existe-t-il
de plus réussies.

De fabuleuses...
de magnifiques entités.

Mais elles ne viennent jamais ici.

Cette planète crasseuse
n'attire que les rebuts.

Je ne comprends pas
ce que vous dites.

J'aimerais tant pouvoir oublier.

- Pourquoi avoir tué ces gens ?
- Pour le gant.

Ne... n'approchez pas.

J'avais besoin des corps. C'est ainsi.
Des morts violentes.

C'était si facile. Pour les ramener,
je me plaçais derrière eux.

- Ils ne me voient jamais 2 fois.
- Vous avez tué 3 personnes.

Je ne pouvais faire autrement.

Plus je me servais du gant,
et plus je le maîtrisais.

- Quel gant ? Où vous-ai vu auparavant ?
- Avec assez d'expérience, pensez

à ce que ce gant peut accomplir.

Si je parviens à aller
au delà des 2 minutes,

à le faire marcher de manière
permanente, il abolira la mort.

Résurrection à la demande,
n'est-ce pas fantastique ?

Vous n'êtes pas d'accord ?

C'est le but que
je poursuivais sans relâche.

Pendant que les autres se pâmaient,
je suais sang et eau.

Cette chose finit par vous habiter.
Vous vous donnez à elle.

Je l'ai fait,
avec la lame et le gant.

C'est pourquoi je suis insensible
au filtre de perception.

Qui est cet homme ?

D'où est-il sorti ?

Qu'avez-vous fait ?

S'il vous plaît. Non.

Je ne peux vous laisser partir.

- Je vous en prie.
- J'y suis forcée.

Je regrette.

Je suis désolée.

Je dois le faire.
Il le faut.

Il le faut.

Lâche ton arme.

C'est terminé, Susie.

Viens avec moi.

Je...

...me souviens.

Je me souviens.

USAGE PROHIBÉ

Owen, et Toshiko...

Vous ne leur avez pas dit
que vous avez survécu

à un tir en pleine tête.

Vous n'avez rien dit, non plus.

Vous prenez exemple sur moi.

Continuez ainsi,
et vous vous en sortirez.

Mais elle vous avait tué.

Je ne peux pas mourir.

Je ne peux pas.

Il m'est arrivé quelque chose,
il y a longtemps.

Une longue histoire,
loin d'ici.

J'avais trouvé la mort.

Mais je fus ramené à la vie,
et depuis lors, je ne peux pas mourir.

- Comment est-ce...
- Je l'ignore.

Un jour, je trouverai un docteur,
le bon docteur qui saura m'expliquer.

- Mais en attendant...
- Rien ne peut vous tuer ?

Les gens ont peur de ces choses-là.
Il vaut mieux les garder pour vous.

Ça n'a pas grande importance.

Puisque vous m'effacerez la mémoire.

Pourquoi le ferais-je ?

Nous avons un poste vacant.

La place est disponible.
Voulez-vous l'occuper ?

Mais...
À quoi vous serais-je utile ?

Vous aviez peut-être raison.
Nous pourrions aider davantage.

Qu'en dites-vous ?
Vous êtes des nôtres ?

Oui.

Oui, je veux en être.
Menu